ANTOINETTE VONLANTHEN
Institut de Langue Française et d'Expression ILFE • Bützbergstrasse 33 • 4900 Langenthal • Tel. +41 62 922 23 22
Headbild Blog
< Startseite Blog < www.ilfe.ch

Schlagwort: Innovation

Entre gens cultivés

Les bonnes manières, je les ai apprises par cœur. Elles m’ont accompagnée dans mon enfance, ma jeunesse, ma vie d’adulte: à table, manger sans laisser tomber la tête dans l’assiette, ne pas couper la salade avec le couteau, ne pas poser les coudes sur la table, ne pas terminer l’assiette en passant le pain comme une éponge dans la sauce, même si c’est excellent. J’ai aussi appris qu’il fallait nettoyer la bouche avec la serviette avant de porter le verre à la bouche. Qu’ai-je appris encore? Que lorsque je faisais une erreur, je devais me faire excuser, qu’il ne fallait pas interrompre un dialogue, être serviable, que savoir écouter était une qualité, voire une compétence, que de se laver les dents après les repas, porter des habits propres, apporter une fleur ou un autre présent à une personne malade, dire merci, étaient des signes du respect de soi favorisant le respect des autres.

À l’adolescence, en observant les adultes, j’ai vite déchanté. Les bonnes leçons, je les avais appliquées à la lettre sans que la plupart de mes « maîtres » mettent en place leur théorie. Je ne me considérais pas pour autant soumise ou dépendante des autres. Plus tard, dans le monde des « grands », universitaires ou managers, simples employés ou sans emploi, j’ai côtoyé, mais pas seulement, un univers composé d’adultes arbitraires et sans éducation. Curieusement, ils étaient socialement intégrés, jouaient un rôle maîtrisé dans un système flou. Croyant être capable de comprendre l’essentiel et de résister aux scènes les plus brutales et les plus burlesques, j’ai passé plus d’un tiers de ma vie à tenter l’impossible: comprendre l’ignorance, la mienne et celle des autres, comprendre les vérités, apprendre à me connaître en vue de réaliser mon potentiel créatif.

Les personnes fines et généreuses, au-delà des divergences culturelles et de leurs traditions, m’ont enseigné les rouages de la vie quotidienne, transmis leurs savoirs, partagé leur savoir-faire et savoir être sans arrière-pensée, sans idéologie. Encore aujourd’hui, elles parlent de leurs échecs et de ce qui les fait grandir. La confiance et la conviction étant la base de la relation, ces valeurs sont devenues une évidence sans qu’il faille s’efforcer à être positif ou efficace.

Qu’ils soient collègues de travail, membres de la famille ou amis, les gens bienveillants s’apppuient sur leur expérience personnelle. Ils vous téléphonent la nuit pour vous partager une idée ou un concept, vous offrent une promenade en vélo, voiture ou autocar et connaissent la colline de vos rêves, évitent de consulter la montre ou le portable en votre compagnie, répondent à vos questions de manière individuelle, entrent dignement en contact avec vous, maîtrisent la distance et la proximité, sans craindre l’après d’une interaction chaleureuse, ne se grattant pas le cuir chevelu ou passant des nuits blanches à réfléchir à la distinction entre rencontre personnelle ou professionnelle. Jamais, une personne cultivée vous rappellera qu’elle a déjà été là pour vous et que son temps est limité. Dans ce contexte, la transgression n’existe pas. Elle est un mouvement perpétuel de construction et de développement dans lequel le langage représente un tissu relationnel.

Lorsque dans un cercle ou un établissement, au milieu de beaux parleurs, quels que soient leur statut et leur provenance, lorsque ni le dialogue, ni l’âme et la parole ne trouvent leur place, où le silence – ou le bruit – devient à lui seul ordinaire, je me sens soulagée en disant à haute voix :

« C’est le bordel ». Une manière personnelle de redonner un peu de lumière, de me laisser guider par elle. Une familiarité facile pour ne pas me laisser tenter par la face obscure de la force qui gouverne notre monde. Car, entre gens cultivés, nous comprenons le langage des êtres vivants: il ouvre des portes sur de nouveaux horizons.

Ce privilège, je dirais même cet art de vivre, je le souhaite à chacun et à chacune d’entre vous pour l’Année 2018 !

 

L’esprit systémique dans le perfectionnement de la langue française

L’Institut de Langue Française et d’Expression enseigne selon un esprit systémique, c’est-à-dire une tendance à organiser, à relier les connaissances particulières en ensembles cohérents. La prise de conscience de l’activité de chaque individu dans les différents systèmes de la société permet de mieux cibler sa propre réalité et de prendre en considération de manière «systématique» son savoir, son savoir-faire, ses besoins, ses intentions, dans le but de concevoir un changement et une efficacité linguistique et communicative dans un contexte précis.

Bien qu’il n’y ait pas une méthode unique pour enseigner une langue, l’Institut a créé une approche visant à ce que tout changement conscient et réel puisse être réalisé à travers les relations des individus entre eux. Pour comprendre la systémique, nous pouvons nous référer à notre éducation. Quelle est notre biographie psycholinguistique?


Dès l’enfance, nous sommes conditionnés par les différents systèmes dans lesquels nous avons vécu ou vivons actuellement. A notre naissance, nous sommes influencés par le système langagier de l’environnement familial, avec son propre style de communication et ses codes particuliers, son système cognitif distinct. Plus tard, nous sommes impliqués dans le système scolaire, puis professionnel, politique, culturel, artistique, et dans bien d’autres encore. Notre langue maternelle s’imprègne de ces codes. Une des caractéristiques des systèmes est le fait que les composantes interagissent entre elles.

À l’âge adulte, lorsque nous apprenons une nouvelle langue, la pensée systémique aide à réfléchir à l’ensemble, cela signifie accorder de l’importance aux relations entre les différents systèmes et entre leurs différentes composantes. La Suisse, avec ses quatre langues nationales et ses multiples dialectes est composée de systèmes complexes en raison des nombreux patois – dialectes – qui existent. Prendre en compte le contexte, les conditions ou l’environnement du système dans lequel on aimerait parler le français, par exemple, est une pensée contextuelle. Cela veut dire comprendre le système dans un contexte global. On peut parler de „pensée holistique“. Sur la base de cette pensée, il est plus facile, surtout plus sensé, de poser des objectifs par rapport à ses systèmes de pensées. Qu’ai-je à dire, quelle influence aurai-je à mon tour, dans un contexte donné?  Cette question prend de l’importance dès qu’une bonne base grammaticale, en français, a été acquise, accompagnée du vocabulaire nécessaire à l’usage courant.  La communication se développe dans le cadre d’un ou plusieurs systèmes selon les objectifs linguistiques posés.  Les questions qui se posent sont les suivantes : quels effets les différents systèmes de pensée ont-ils eus sur son éducation? A partir de là, quelle influence décide-t-on d’exercer à l’âge adulte ?

Tout le monde rêve de créativité et d’innovation

En réalité tout le monde se plaint des résistances au changement. Le temps consacré aux idées et aux projets se répartit souvent comme suit: 20 % pour la conception et la mise en œuvre du projet; 80 % pour surmonter les résistances et déjouer les pièges. Les résistances coûtent cher. Elles sont pourtant en majeure partie évitables à condition d’avoir été correctement anticipées. Apprendre une langue nécessite de la flexibilité et de l’espace (qu’on appel en terme commun « le temps ») afin de permettre l’assimilation de ce qui vient d’être appris et l’intégration de ce qui est mémorisé dans un contexte réel de la vie quotidienne: contexte professionnel, contexte politique, contexte environnemental, etc. Parallèlement à l’enseignement de la langue française, l’Institut de Langue Française et d’Expression propose des outils concrets de pilotage des changements en tenant compte des transactions linguistiques d’un système à l’autre.

La formation linguistique comme tremplin du changement

Maîtriser les outils linguistiques dans un contexte systémique présuppose de savoir préparer les changements en utilisant les outils systémiques tant pour les aspects techniques (vocabulaire terminologique, par exemple) qu’humains (psychologiques et comportementaux). Savoir piloter les changements en anticipant et en traitant convenablement les résistances. L’Institut de Langue Française et d’Expression se pose comme objectif de former ses apprenants/clients de manière à ce qu’ils possèdent suffisamment de ressources linguistiques pour s’exprimer en français de manière aisée et convaincante dans un contexte systémique.

Les sept étapes de la démarche de l’Institut de Langue Française et d’Expression: planifier et organiser les cours ou les séances de coaching, préparer les thèmes à traiter, les analyser, diagnostiquer, choisir plusieurs options/décisions, apprendre à vivre avec la nouveauté, en développer les divers éléments en contexte, consolider.

 Le public concerné

Les cours de français et les coachings en communication sont destinés à toute personne œuvrant dans les entreprises, aux coachs, cadres et dirigeants d’entreprises, chefs, concepteurs et porteurs de projet, entrepreneurs, consultants et formateurs en entreprise, directeurs en ressources humaines.